Menu

  • L'Association
    UNIE

  • Nos
    Actions

  • La
    Loi

  • IEF


  • Pédagogies
    et
    Apprentissages
  • Scolaire


  • ASE
    Services
    Sociaux
  • Bienveillance


  • Handicaps
    et
    Santé
  • Haut
    Potentiel
    Zébres
  • 16 ans
    et après...

  • Socialisation : une excellente raison de ne pas aller à l’école


    Par Karl M. Bunday. Texte original : http://learninfreedom.org/socialization.html


    La plupart des gens qui considèrent la question de l’instruction en famille (IEF) demandent « Mais... et la socialisation ? ».

    J’ai eu l’occasion d’observer des centaines d’enfants instruits en famille de divers âges et en divers lieux dans deux pays différents, alors je peux assurer qu’instruire ses enfants en famille ne leur nuit pas socialement. Mais les chercheurs de l’Université continuent d’explorer la question de la socialisation chez les enfants instruits en famille, je vais donc vous faire part  ici, des conclusions d’une thèse uniquement consacrée à ce sujet ainsi que de quelques autres recherches qui s’y rapportent également.

    Larry Edward Shyers a obtenu un doctorat à l’Université de Floride, en partie en effectuant des recherches reportées dans sa thèse « Comparaison de l’adaptation sociale entre les enfants instruits à la maison et les enfants scolarisés ». L’ensemble de cette thèse de 299 pages est disponible à l’Université Microfilm International (le numéro de commande est DA9304052, de l'UMI, 1 (800) 521-3042). Un extrait de la thèse apparait dans « l’International des Extraits de Dissertations » (Dissertation Abstracts International) à la page 4215 A du volume 53, numéro 12 de la série Sciences Humaines et Sociales.

    Beaucoup de lecteurs de journaux peuvent se souvenir d’un article de la Presse Associée (Associated Press) de 1992 sur les recherches du Dr Shyers, article largement  réédité dans les journaux à travers tout les Etats-Unis. Dans son étude, le Dr Shyers a mesuré l’estime de soi d’un groupe de 70 enfants de 8 à 10 ans  instruits en famille et comparé ensuite avec un groupe de 70 enfants de 8 à 10 ans scolarisés. Sur l’Echelle de Mesure de la Conception Personnelle des Enfants de Piers-Harris (Piers-Harris Children's Self-Concept Scale), une échelle de mesure de l’estime de soi largement utilisée, aucune différence n’a été notée entre les deux groupes. (Cette constatation, par ailleurs, échoue à appuyer la thèse de John Wesley Taylor réalisée en 1986, dans laquelle un petit échantillon d’enfants instruits en famille réalisèrent un score sensiblement plus élevé que des enfants scolarisés, selon la même échelle de mesure de Piers-Harris. La thèse de Taylor « La Conception Personnelle chez les Enfants Instruits en Famille » est également disponible à UMI, ordre de commande : DA 8624219) Ainsi, il n’y a aucune preuve concrète qui permet d’affirmer que les enfants instruits en famille ont une meilleure estime d’eux-mêmes que les enfants scolarisés. D’ailleurs d’autres études ont confirmé les résultats du Dr Shyers, il semble donc n’y avoir aucune différence significative dans l’estime de soi entre les enfants de ces différents milieux éducatifs.

    Quoiqu’il en soit, l’estime de soi est un concept qui est né dans le système scolaire et il est préférable pour les parents de ne pas trop mettre l’accent dessus pour leurs enfants. Le Professeur Martin E. P. Seligman, dans son livre -si utile- « l’Enfant Optimiste » examine comment l’estime de soi a été de plus en plus mise en avant  à l’école sur exactement la même période de temps où le taux de suicide augmentait chez les jeunes aux Etats-Unis. Seligman suggère aux parents que l’optimisme, un concept qu’il définit dans son livre, est une bien meilleure chose à développer que l’estime de soi. J’ai lu, et je cherche toujours la confirmation par le biais d’autres sources, que Seligman était lui-même un parent qui pratiquait l’IEF. Que ce soit réellement le cas ou non, je sais par contre avec certitude qu’il est un éminent psychologue, hautement respecté car j’ai lu de nombreux livres et articles qui citaient ses recherches et qui confirmaient que le Professeur Seligman était, il y a peu, Président de L’Association Américaine de Psychologie.

    Un point de vue différent nous est offert sur l’estime de soi par Jay E. Adams, l’auteur de bon nombre de mes livres préférés. J. Adams, dans son analyse, d’une précision rafraichissante, des concepts bibliques  « La Vision Biblique de l’Estime de Soi, de l’Amour de Soi et de l’Image Personnelle » souligne que les personnes qui suivent honnêtement les préceptes de la Bible ne cherchent pas à construire leur estime personnelle mais à construire l’amour de ces autres qui se dénie eux-mêmes et nie l’amour de Dieu.

    Et le Dr. Shyers, du point de vue laïque de sa recherche, a examiné comment les enfants instruits en famille traitaient les autres enfants. Il ne trouva aucune différence notoire  entre ces deux groupes dans les scores sur l’échelle de l’Assurance Comportementale des Enfants (Children’s Assertive Behavior Scale). Mais l’observation directe par des observateurs qualifiés, en utilisant une procédure à l’aveugle, a démontré que les enfants instruits en famille avait significativement moins de problèmes comportementaux, tels que mesurés sur la Grille d’Evaluation d’Observation Directe (Child Observation Checklist's Direct Observation Form), que les enfants scolarisés, lorsqu’ils jouaient dans des groupes mixtes réunissant les enfants des deux milieux éducatifs. Cette étude d’observation a été reportée en détail dans l’article de la Presse Associée de 1992. Le Dr. Shyers conclue que cela soutient son hypothèse selon laquelle le contact avec les adultes, plutôt qu’avec d’autres enfants, est plus important dans le développement des compétences sociales des enfants.

    L’année où le Dr. Shyers a terminé sa thèse sur la socialisation des enfants instruits en famille, Thomas Smedley termina sa recherche qui concluait sa maitrise à l’Université de Radford en Virginie, avec un projet expérimental similaire. Smedley a comparé  20 enfants instruits en famille avec 13 enfants scolarisés en école publique, en harmonisant le groupe du mieux qu’il pouvait selon des caractéristiques démographique pertinentes. Son étude s’est basée sur l’échelle des Comportements Adaptatifs de Vineland (Vineland Adaptive Behavior Scales) qui évalue les compétences en communication, socialisation et compétences de la vie quotidienne. Smedley a constaté que les enfants instruits en famille étaient plus matures selon les grilles de notation de l’échelle Vineland, atteignant le 84ème percentile alors que les enfants scolarisés en école publique, atteignaient le 27ème percentile. Ainsi la découverte du Dr. Shyers a appuyé une autre découverte presque simultanée, réalisée par un chercheur différent, utilisant une procédure de science sociale différente sur un échantillon de population différent. Une telle simultanéité de constatation est inhabituelle en science sociale.

    Par ailleurs, la thèse du Dr. Shyers contient une bibliographie fournie et est une excellente analyse de la littérature antérieure sur le sujet. Les lecteurs qui désirent en savoir plus sur la socialisation des enfants instruits en famille auraient tout avantage à consulter les sources du Dr. Shyers.


    Je vous saurai gré, si vous connaissez d’autres études sur le sujet, de m’en faire part. Il existe un site web qui a compilé des synthèses très pratiques des résultats des principales études sur l’instruction en famille, avec des citations de thèses et des articles dans lesquels ont été publiés ces résultats d’études, il s’agit du site « les associés de Holt » (the Holt Associates)  (http://www.johnholtgws.com). La dernière fois que j’ai vérifié, ce site contenait une page listant les différents liens vers les recherches sur l’instruction en famille (merci de me tenir informé si tel n’est plus le cas). A noter également le site de L’institut de Recherche National sur l’Instruction en Famille (National Home Education Research Institute) (http://www.nheri.org) contenant des informations sur la publication des synthèses de la plupart des études sur l’instruction en famille. 




    Comme le texte d'origine est copyrighté, nous avons pris soin de contacter l'auteur afin de lui demander l'autorisation de traduire et de diffuser son texte. Il autorise et encourage toutes les familles qui pratiquent l'instruction à domicile à utiliser ce texte pour lutter contre la proposition de loi déposée au sénat... Cependant comme ce texte est copyrighté, il est important de ne pas apporter de modification à sa traduction. Pour obtenir le pdf de cette traduction contactez l'association. Nous remercions l'adhérente qui a traduite le texte. Merci